Depuis une dizaine d’années Gaël Faure tente d’inscrire son sillage dans le paysage musical. Des débuts un peu ratés et sa sortie esseulé de la Nouvelle Star et le bazar qui l’accompagne n’ont pas eu raison de son envie d’écrire et composé. Et son objectif est en passe d’être atteint.

Aujourd’hui trentenaire, membre du club des pop-addicts du même âge, (d’Ours à Raphaëlle Lanadère) il a sorti voici quelques semaines un bien intéressant troisième disque, Regain. Nous y voilà, dirons-nous. Les tempi laid back et les échappées mélodiques qui fleurent bon la scène anglaise de Travis en Coldplay, de Bowie en Brian Ferry, sans doute aux fondements de sa discothèque, épousent parfaitement des textes personnels ou s’affirme clairement une plume qui a su prendre de la hauteur et aborde intelligemment une belle palette de  thèmes : liberté, sensualité, amour bien entendu, écologie… La production experte de Renaud Létang est parfaite : ce disque sonne bien, sans artifices inutiles. Et sur scène ? Eh bien, voici quelques jours, ambiance des concerts attendus au Café De la DanseGael Faure y était heureux de jouer et son public (oui, parisien, trentenaire, habitué des concerts et alors?) de l’entendre. Les chansons de Regain ont défilé subtilement arrangées et remarquablement interprétées dans une économie de moyens et une justesse de ton à saluer. Une voix juste et habitée, un timbre accrocheur, des parties de guitare fines et beaucoup de grâce : le garçon est conquérant et il a raison. Ce n’est qu’un début, son combat continue et donne envie de le suivre. Les oreilles bien nourries ont été frappées de la filiation pop dansante du répertoire, qui confère au concert une allure très cultivée et encourage l’ondulation du public. Jusqu’à cette reprise improbable, inattendue et magique de Helplessly Hoping, petite merveille fondatrice et déjà cinquantenaire de Crosby, Stills & Nash, chantée avec La CHICA que nous avions adoré programmer sur la scène Zebrock de la Fête de l’Humanité 2017. Entouré d’une équipe particulièrement investie et tenace, Gaël Faure sort au grand jour. Bienvenue.