C’est tout ce qu’il me reste

Toujours raconteur, bonimenteur, fabulateur, Thomas Fersen est de retour avec son 11ème album, « C’est tout ce qu’il me reste« . Au fil de cet album il déploie le personnage tantôt d’un garçon, tantôt d’un quadragénaire qui paye pour sa carrière de tombeur, toujours accompagné d’un entêtant banjo.
Avec « Les vieilles » il est maladroit, presque vexant : garçon de 15 ans il cherche à plaire à une terminale et la rassure en lui disant qu’il aime les vieilles. Il l’invite ensuite chez lui pour lui donner des cours de « maths » (« Mes parents sont pas là« ), un peu taquin il lui dit qu’il fait du « bénévolat ». « La mare« , titre surprenant par sa longueur (10’30 » tout de même !), l’est aussi par son histoire. Dans son bain, Thomas Fersen explore le souvenir de sa mère lui interdisant de s’approcher d’une mare, sa fascination pour ces eaux troubles…
Ce chanteur-comédien tisse une belle étoffe de mensonges et d’histoires dans laquelle il insère parfois des fils du réel. Thomas Fersen est un peu au final à la croisée du joueur de flûte du Hamelin et du Lièvre de Mars, à moins qu’il ne penche plus vers le Chapelier Fou ? Et ce n’est pas pour nous déplaire !

« C’est tout ce qu’il me reste » est disponible depuis le 27 septembre. 

Thomas Fersen sera en concert le 17 octobre aux Lilas (Le Triton) en compagnie de Checler et Batlik, le mercredi 6 novembre au Théâtre des Bergeries à Noisy-le-Sec, les billets sont disponibles sur le site de la Fnac. Les informations sur ses concerts à venir : ici.
Retrouvez le sur Facebook, son site officiel, ou encore sur Instagram.