Disaster Serenades

Parlor Snakes revient avec un troisième album : Disaster Serenades : un mélange de violence et de beauté, de force et de sensualité, comme une une splendide catastrophe. Et il s’affirme dans le paysage : si on retrouve les influences « rock US », griffe du groupe depuis le début et le son épais que l’on aimait, le projet a gagné en précision instrumentale tandis que le lyrisme du chant habille les titres d’une délicatesse inattendue et charmante. Depuis son deuxième album la formation s’est resserrée autour d’Eugénie Alquezar, voix et Peter K, guitare faisant de Parlor Snakes un duo.  À chaque titre, ils se répondent, ils jouent l’équilibre de la narration et de la musicalité.
L’album s’ouvre sur un « Darkness rises » qui monte en puissance, d’abord le temps pour les cordes de s’insinuer et puis arrive la voix après 1’30 » de musique. Elle est lascive, sensuelle. Le résultat est une musique aérienne, brumeuse, les guitares sont plus lentes, la voix plus rêvée comme sur « Marc Bolan’s Fifth Dream« , le premier single de l’album, hommage pudique au fondateur de T.Rex.
« Frequency » clos cet album à l’inverse du premier titre : démarrage au quart de tour, les vibratos de la guitare de Peter K et de la voix d’Eugénie s’entremêlent… Le son se dilate et devient plus expérimental dans les deux dernière minutes du morceau avant d’exploser une dernière fois, puis silence. Avec ce disque Parlor Snakes fait preuve d’une maturité que sa tournée permettra de vérifier sur les scènes de l’hexagone. Joli coup.

Retrouvez Parlor Snakes au Point Ephémère le 8 octobre pour sa Release Party. (Sortie de l’album le 4 octobre)
Ses liens : Facebook, Instagram, Youtube, Site web.