Sorti à l’automne mais toujours d’actualité au moment des étrennes, La Tribu de Pierre Perret, est un album remarquable. D’abord le sens de l’initiative : rendre hommage à une des plus drôles, poétiques et tendres figures de la chanson -Pierre Perret, mettre en évidence un magnifique répertoire populaire et sophistiqué, lui-même héritier de ce que la chanson et la poésie populaires ont produit de plus saisissant et enfin réunir une flopée d’artistes, encore jeunes mais pas trop, qui se collent à ce jeu de la reprise et de l’interprétation avec talent et métier. Porté par nos amis les Ogres de Barback, le projet couvait de longue date: mais quand on en voit les protagonistes, il est clair qu’il a fallu un peu de temps pour réunir ce petit monde : de Zebda à Féfé, d’Alexis HK à Olivia Ruiz, le casting est époustouflant et sincère.

Loin de l’opération commerciale-à-sponsors, tout respire ici le bonheur de partager un joli paquet de madeleines (voir ici en détail) Et les chansons, me direz-vous, qu’y gagnent-elles ? Elles gagnent des couleurs, s’enrichissent de timbres nouveaux, de façons de chanter différentes et d’arrangements « à la Ogres ». Certaines nous révèlent des secrets cachés, toutes sont belles. On retiendra, par humeur, l’espiègle Zizi repris par Didier Wampas et François Morel, Ma Nouvelle Adresse par Loïc Lantoine qui campe la chanson au beau milieu d’une harmonie ch’ti ou encore l’émouvante et très actuelle petite Kurde chantée ici par Idir : cette lettre à une enfant Kurde est une chronique terrible des crimes perpétrés en 1988 contre les Kurdes par le régime irakien et elle fait écho à Lily autre grand moment du disque dans son interprétation de Féfé, Eyo’Nlé Bras Band et Lionel Suarez, un peu trop appuyée certes, mais émouvante et personnelle. Nous avions, voici déjà quelques années provoqué une rencontre de Frédo et de Pierre Perret dans un collège de Seine et Marne, où au terme d’une discussion passionnante avec les élèves, ils avaient chanté tous deux Lily, qui figurait au programme de Zebrock au Bahut. Inutile de vous faire un dessin… Voilà, ce disque est un magnifique présent, offrez-le, offrez-vous-le et faites-le entendre à vos enfants.