#chronique : Terminus
On a plongé tête la première dans le terrier d’Hippocampe Fou, que nous avions bien connu et apprécié il y a déjà un moment quand il arpentait la scène du Grand Zerock au sein de La Secte Phonetik. Avec Terminus, son quatrième album, dans les bacs le 9 mars, le rappeur émigré à New-York nous invite pour un voyage introspectif aux sonorités plus acoustiques, empreintes de jazz, de rythmiques africaines, sonorités orientales et musiques latino- américaines.
Les accents jazz « Du bout des doigts » nous font fondre et nous rappellent l’incontournable « So What » de Miles Davis et les grandes années soul de la culture new-yorkaise avec les cuivres et leur notes longuement tenues. Utilisation qui n’est pas sans rappeler Sam and Dave. Le Terminus est une sacrée réussite. L’album allie avec subtilité différents genres musicaux coInsérer à partir d’une adresse webmme le jazz et le hip-hop notamment grâce à la technique des balais à la batterie. Avec des titres dansants et légers, Hippocampe Fou aborde des sujets sérieux comme l’équilibre entre vie de couple et vie familiale avec « Dormez-vous ». Toujours osés mais jamais vulgaires, les vers parlent du quotidien de l’artiste tout en abordant des sujets qui nous concernent tous.
 
Et les punchlines sont comme d’habitude au rendez-vous, comme celle-ci, tirée du second extrait, « Du bout des doigts » où au milieu de noms de fleurs et d’allusions au bijoux teintées de romantisme il nous effleure d’abord pour lâcher en toute simplicité: «J’irai cueillir des fleurs dans le jardin des délices, ornerai mon gland d’une rose en l’insérant dans mon urètre ». Dextérité et sens du détournement qui ne sont pas une grande surprise de la part de celui qui est classé 2ème sur la liste des rappeurs français possédant le vocabulaire le plus large, selon le Huffington Post.
En plus des paroles, le flow et la technique du « baryton  lambda » (pour reprendre les paroles de « Underground ») sont un réel plaisir : quand on entend ce qui peut se faire en rap aujourd’hui on ne comprend pas toujours. Avec Hippocampe fou on comprend, on réfléchit, et on savoure !  D’ailleurs, pour visionner le vidéoclip, c’est par .
Il sera en tournée à partir de mars 2018 à Strasbourg, Marseille, Montpellier, Toulouse, Bordeaux, et reviendra en mai à Rennes, Nantes, Poitiers, Grenoble. Réservez votre 30 novembre 2018, terminus Trianon de Paris