Prenant le contre-pied d’ un rock « progressif » bavard et prétentieux où la virtuosité des musiciens rapproche la pop de la musique classique, le glam-rock (appelé également glitter rock pour sa branche la plus prolétaire) se développe en Grande Bretagne, au début des années 70. Cette tendance expressionniste, tant visuelle que musicale met l’élégance, la préciosité et les paillettes au centre du débat de la pop culture.. Roxy Music, T.Rex ou Slade en sont de bon exemple. Mais la vraie star du mouvement est David Bowie, sophistiqué en diable, qui met le spectacle et le jeu des apparences au cœur du rock. Son interprétation de « Ziggy Stardust » (un extraterrestre humaniste qui n’a plus que cinq années à vivre) pose les bornes de ce style (maquillage, tenue de scène) qui se  renouvelle cycliquement (le groupe Kiss aux Usa fin 70’s, Visage dans les 80’s, Marilyn Mason plus récemment….). Le monde de la mode ne s’en est pas encore remis !

David Bowie
Ancien Mod – nom donné à ces jeunes anglais soigneusement sapés qui roulaient  à scooter en bandes et aimaient la soul music et la bagarre
– David Bowie a toujours été un artiste « avant-gardiste » cultivé est curieux
Il a su conjuguer ses centres d’intérêt théâtre, mime, Bauhaus et expressionnisme  allemand, photographie japonaise… et toujours a eu un déclic d’avance. Il est l’une des premières pop star à s’intéresser aux musiques électroniques, à la musique des jeux vidéo, à l’internet et aux clips.. Il fut le premier artiste blanc majeur à passer à « Soul Train » l’émission TV américaine consacrée aux musiques soul et funk mais il a aussi produit et fait découvrir des artistes plus « sauvages » tel Iggy Pop et Lou Reed. Considéré comme un des « 50 plus grands artistes de tout les temps » par le magazine Rolling Stone, David reste aussi pour être la figure majeure du style glam rock avec les personnages qu’il a créés : Major Tom, Alladin Sane et surtout Ziggy Stardust.