Résidence artistique In Situ avec Zebrock

In Situ : sous ce nom, le département de Seine Saint-Denis a conçu et développé des résidences artistiques en collège uniques en France, qui font autorité et envie. Imaginez : un artiste de toute discipline ou un scientifique, installé dans un collège pendant une saison entière, avec un budget pour travailler et être rémunéré, bien sûr, un local, une structure en appui et toute une communauté éducative, en encouragement, en partage et en proposition… Un rêve, quoi ! L’ambition est double : encourager des processus de création singuliers et soutenir la réussite scolaire des élèves en faisant sourdre des pédagogies innovantes dont nous rêverions tous qu’elles acquièrent force de loi dans ce pays. Bon n’extrapolons pas !
Après avoir été en support d’un des tous premiers In Situ en 2008, avec Alexis HK, Zebrock repique la saison prochaine avec Cléa Vincent, turbulente et inventive agitatrice de la planète pop. Oui, la pop, ce truc futile, coloré et rieur qui nous rend de bonne humeur et s’insinue partout, en musique, en peinture et en radio… Un beau projet se prépare qui va associer autour de Cléa et de son complice Kim Giani, nombre de d’ami.e.s de la pop et les ressources de Zebrock. Le programme est en cours d’élaboration et le nom du collège retenu vous sera révélé d’ici l’été. L’enjeu nous semble de taille : les collégiens vont parler pop pendant plusieurs mois et, de fait, vont se frotter à un objet esthétique, à des idées, des musiques et des symboles. De la couleur, du pep’s et des mélodies espiègles sont au menu. Ils vont apprendre plein de choses et faire des rencontres étonnantes. Plus passionnant que les trucs à-la-vazy-la-morale du vivre ensemble, du respect et autres balivernes dont nous savons que les enfants sont las avant même qu’on les ai prononcés. Inutile de vous dire que nous sommes fébriles !

Que de telles initiatives se construisent ici en Seine Saint-Denis est éloquent de ce que les politiques publiques quand elles combinent imagination et volonté peuvent produire, alors même que l’effort financier du département est conséquent. Il l’est d’autant plus à l’heure où la dette de L’État, ses désengagements successifs et le poids des inégalités sociales appauvrissent la Seine Saint-Denis.
Mais comme on dit, on lâche rien ! Let’s go pop !